dimanche 17 janvier 2010

Les fantasmes sur la Franc-maçonnerie font vendre

"Le Point" du 14 janvier y va de sa traditionnelle enquête sur la Franc-maçonnerie, sous la signature (habituelle sur ce sujet) de Sophie Coignard.Thème principal: les "bastions" de la FM dans l'administration et le monde professionnel. L'image globale qui en ressort est, comme trop souvent, celle d'une société occulte à laquelle les profanes adhéreraient pour booster leur carrière. Désolant.

Encore plus désolant est la participation de la même Sophie Coignard, accompagnée cette fois de François Koch ("L'Express") au dossier du numéro "Hiver 2009" de la revue "Médias".

Le titre est déjà tout un programme: "Où se cachent les journalistes Franc-maçons?" Ah bon? Ils se cachent? C'est donc qu'ils ont un programme secret, une idée derrière la tête, et que cette idée n'est pas très nette. Et c'est bien ce qui ressort de ce "débat" assez univoque. Florilège: "La présence des francs-maçons au sein des médias pose un bon nombre de problèmes" (F.K.); "Je n'ai pas de preuves... mais je sais qua ça existe" (Sic! S.C.); "S'ils respectaient mieux les lois de la république et les codes d'éthique ou déontologiques, leur image serait meilleure" (F.K.); "Leur goût du pouvoir est tel que..." (F.K.); "L'obsession des francs-maçons est de s'introduire dans les milieux de pouvoir" (S.C.)...

Bref, on le comprend à la lecture de ce papier, les Francs-maçons journalistes n'existent que pour manipuler, détourner ou bloquer des articles et, plus généralement, pour orienter le flux de l'information dans un sens qui leur serait favorable.

Il est évident que certains Francs-maçons utilisent leur appartenance à des fins intéressées et carrièristes, mais il est triste de réduire plus de 100 000 FM français au rang de tristes magouilleurs et d'oublier que la Franc-maçonnerie est aussi (surtout) une société discrète visant au progrès de l'humanité et pas de ses membres...(en tous les cas, pas au plan matériel, comme me le fait remarquer un lecteur, le progrès individuel étant bien le but de la FM.)

Dans ma carrière journalistique passée (et qui dura quand même vingt ans...) j'ai vu bien plus d'article imposés ou bloqués par le P.S., le RPR, le Pouvoir, un Préfet, de grandes entreprises, les syndicats ou de quelconques lobbies que par une "loge" trop souvent fantasmée (et, je le précise, je n'étais pas FM...)

J'ai vu aussi tellement de journalistes arrondir leurs fins de mois en "faisant des ménages" (la rédaction d'un rapport de fin d'année pour tel grand groupe que l'on "couvre" par ailleurs, par exemple...) ou profiter d'avantages qui leur paraissent aller de soi (invitations diverses, voitures mises à disposition de chroniqueurs automobiles, voyages de presse alibis...) que je me demande si cette profession est si bien placée pour distribuer bons et mauvais points ou pour décerner des certificats de moralité...

Mais je me garderai bien de réduire la presse à cette médiocrité. Elle vaut bien mieux que cela!

La Franc-maçonnerie aussi...

6 commentaires:

  1. Il est , hélas, assez facile de comparer les pratiques de ces "journalistes" contemporains, avec celles de ceux, pas si anciens que ça, qui faisaient la chasse aux juifs, accusés, eux aussi, de vouloir mettre la main sur tous les rouages de la société et, bien, entendu, en se cachant !
    Le processus est le même : la rumeur. A partir de faits avérés ( il arrive aussi que des francs-maçons se comportent comme des voyous ! il y a également des journalistes à qui ça arrive!), mais sans corrélation entre eux, ni dans l'espace, ni dans le temps, on fait des amalgames, on colporte, voire on améliore des ragots, des approximations, des lectures mal digérées, des rumeurs foireuses et pour certains, comme les deux "journalistes" ci-dessus, on ajoute une bonne dose de mauvaise foi et roulez jeunesse ! on vend du papier sur le dos des autres. J'ai assisté à une interview publique du nommé FK ( A la librairie Tapage). Dans le genre faux-cul un prix Nobel pourrait bien couronner une carrière qui s'avère fructueuse. Ne connaissant manifestement de la Franc-Maçonnerie (en tout cas de la franc- maçonnerie française, considérée comme le centre du monde et plus particulièrement le GODF) que ce qu'on appelle les bruits de chiottes, mélangés à quelques faits divers exacts, il a écrit un livre sur le "pouvoir" des francs-maçons, assez consternant quant aux nouveautés sur le sujet. On pourrait même penser que sa principale source d'information voire d'inspiration historique ( hystérique ?), a du être la presse vichyste, revue et corrigée pour le 21ème siècle en ce qui concerne la forme, mais pour le fond la différence, ne saute pas aux yeux !
    Vous avez dit médiocre... C'est assez gentil.

    RépondreSupprimer
  2. entre l'article et la premier commentaire le ton est donne! il suffit de quelques minutes d'etude d'observation de notr histoire pour se rendre compte que non pas les francs-macons mains bien que la franc-maconnerie a un dessein secret. Ce dessein se retrouve dans les realisations politiques des regimes dans lesquels la fran-maconnerie joue un role important: les payes occidentaux. Le nouvel ordre mondial resume a lui seul la franc maconnerie. Il ne sera plus possible de nier cette realite et ce blog ne pourra convaincre personne sans lui meme repeter ce pour quoi la franc-maconnerie est l'objet de critiques: manipulation, pressions, desinformation, controle, censure, menaces...

    RépondreSupprimer
  3. " une société discrète visant au progrès de l'humanité et pas de ses membres... " : Ben si, de ses membres quand même, mais pas sur le plan matériel !
    Borys

    RépondreSupprimer
  4. l'article du "Point" n'est pas à porter au crédit de ce magazine;
    ou il lui faut vendre du papier en jouant à la presse "people" ou au mag "sensa";
    ou le journaliste et sa rédaction sont mal informés et alors ce serait de l'incompétence;
    florian

    RépondreSupprimer
  5. je suis Franc-Maçon à la Fédération Française du Droit Humain (DH) et je remercie monsieur Moniquet de son commentaire sur la FM. En tant que membre de cette Obédience depuis 1992, j'affirme que des profanes entrant dans nos loges pour y trouver un soutien matériel ou politique sont très peu nombreux. Souvent d'ailleurs, ils sont déçus de ne pas y trouver les gens qui pourraient booster leur carrière et quittent l'Obédience sur la pointe des pieds sans être inquiétés, ce qui prouve que nous ne sommes pas une secte. Toutefois, le DH étant une Obédience mixte depuis sa fondation en 1893, faisant partie à ce titre des 5 principales obédiences maçonniques française, elle n'est pas du tout concernée par ces dérives à cause de la mixité, simplement du fait que les femmes ou les "soeurs" ayant peu d'influence politique, dans le sens "politicien" du terme, je le précise, ne sont d'aucun soutien pour des "frères" y cherchant un appui politique. Ces dérives sont, peut-être, plus fréquentes dans des loges uniquement masculines du fait d'une volonté de puissance ou de vanité sans doute plus présente dans le caractère masculin et c'est un homme qui vous écrit cela! D'autre pat, je me réjouis de l'affirmation de monsieur Moniquet concernant le but de faire progresser l'Humanité puisqu'au DH, nous invoquons effectivement le "Progrès de l'Humanité" lors de l'ouverture de nos travaux en y associant ou non l'invocation au Grand Architecte de l'Univers ( une sorte de déisme)...

    Encore merci pour votre objectivité.
    R:.B:.

    RépondreSupprimer
  6. Cher Claude Moniquet,
    Merci pour cette mise au point concernant les "unes" consacrées au "vrai pouvoir", au "vrai, vrai pouvoir" ou au "vraiment vrai pouvoir" des Francs-Maçons. Je me demande avant tout comment ces articles qui sont au long des années, autant de plagiats les uns des autres. Il témoignent en général des périodes de creux de ventes des hebdomadaires, misant sur le fait que le lecteur - dont chacun sait qu'il est un grand naïf - tombera dans le panneau. Et le fait est qu'il y tombe!
    Il y a pire. Q'il s'agisse de Coignard ou d'Ottenheimer, toutes deux ont commis des ouvrages édités tout deux (est-ce un hasard) chez "Talbin Michel". Passons sur la prose de Coignard qui relève des grandes heures de Gringoire. En revanche, pour avoir parcouru celui d'Ottenheimer, j'y ai relevé 78 erreurs factuelles qui servaient de postulats à des "raisonnements". Autant dire que l'on peut en sauter environ 150 pages sans dommage.
    S'agissant de Coignard, cela relève du fantasme qui relève de la psychiatrie, à moins qu'il ne s'agisse tout simplement de cupidité.
    Journaliste comme toi, je suis passé par de nombreuses rédactions (du Matin de Paris à l'Express, en passan par d'autres). Franc-Maçon depuis 1975, mon appartenance a toujours été connue autant de mes employeurs que de mes confrères. Dans chacun de ces journaux, les "Francs-macs" étaient parfaitement connus de tous. Je devrais préciser les "rares" Francs-Maçons journalistes. Coignard devrait savoir que les Maçons sont plutôt rares dans la presse française, exception faite, peut-être du Figaro! Et là aussi, tous sont connus de leurs confrères. La méconnaissance de l'institution par Coignard qui se pare pourtant du titre autoproclamé de "spécialiste" est telle qu'elle ignore que le principe de base de la Maçonnerie consiste précisément à ne passer aucun ordre de quelque nature qu'il soit à ses membres.
    Quant au "secret" de l'appartenance, Coignard - qui manque singulièrement aussi de culture historique - devrait savoir que l'appartenance à la Maçonnerie a pu coûter cher à ses membres dès lors qu'ils étaient connus. Mon grand-père maternel, procureur de la République et Franc-Maçon notoire a été démis de ses fonctions par un décret vichyste de 1940. Circonstances dues à un régime particulier? Soit. Mais il y a une dizaine d'années seulement, un Maçon de Grand-Orient, élu au Conseil de l'Ordre (c'est public !)a été viré de son entreprise.
    Que Coignard ou les autres hebdos tentent de faire recette avec des plats réchauffés, grand bien leur fasse. Mais il est malsain que l'on ne fasse plus allusion aujour'hui qu'aux Francs-Maçons en mentionnant la qualité d'un individu au détour d'un article. Privilège partagé jusqu'en 1945 avec les Juifs.
    A.B.

    RépondreSupprimer